Skip to content →

Interview Salvatore Minni

Interview

C’est au tour de Salvatore Minni de se prêter au jeu et de répondre, le temps d’un article, à un petit cocktail de questions délicieusement concoctées pour votre plus grand bonheur (et le mien aussi par conséquent !).

Mais qui est cet auteur dont je parle tant sur mon compte Twitter ?

Belge, d’origine italienne, Salvatore Minni est né le 13 févrirer 1979 à Bruxelles. Dès son plus jeune âge, il est attiré par toutes les formes d’écriture. Il commence à mettre sur papier ses écrits durant l’adolescence : textes lyriques et nouvelles font désormais partie de son quotidien.

Il se passionne pour la rhétorique à travers la richesse de la langue française. Fasciné par les langues en général, il entreprend des études de traducteur. Le métier de professeur lui permettra ensuite de transmettre sa passion aux étudiants qu’il croisera lors de ses cours. À travers ces années et ses expériences, tant professionnelles que privées, les idées ne cesseront de fuser en grand nombre et donneront finalement naissance à l’écriture d’une histoire à multiple facettes… (extrait repris de son site internet)

Chut ! je blogueLa sortie de son premier livre « Claustrations » m’a complètement fascinée (j’en ai d’ailleurs rédigé un précédent article sur mon blog que vous pouvez retrouver ici), séduite par sa subtilité, son humilité et surtout son humour, j’ai tenté ma chance en lui envoyant un message privé (auquel il a répondu illico presto), message dans lequel je lui proposais une interview made in « Marie Prokopski ». Surpris, mais je pense aussi amusé par mes questions, Monsieur Minni s’est emparé de sa plus belle Plume (ou du moins de son clavier d’ordinateur) et, fidèle à son charisme a réussi à me toucher !

Voici donc sans plus attendre ce dont nous avons discuté !

« Mais je n’ai nulle envie d’aller chez les fous »,  fit remarquer Alice.

« Oh ! vous ne sauriez faire autrement, dit le Chat : Ici, tout le monde est fou. Je suis fou. Vous êtes folle. »

« Comment savez-vous que je suis folle ? » demanda Alice.

« Il faut croire que vous l’êtes, répondit le Chat ; sinon, vous ne seriez pas venue ici. »

Question n°1

Connaissez-vous l’histoire d’Alice au pays des merveilles Monsieur Minni ?  Et bien figurez-vous  que Tim Burton va bientôt nous divulguer son deuxième opus, que j’ai vraiment hâte de découvrir ! Dans quel monde imaginaire va-t’il nous entraîner ? 

Je vous propose de plonger dans ce récit le temps d’une question, mais l’histoire pas comme nous la connaissons, l’histoire comme VOUS (ou Monsieur Concerto, vous êtes seul maître à bord après tout) pourrait la percevoir. 

Pour ma part supposons que je sois Alice, je viens de “tomber” dans ce monde fantasmagorique, j’ai déjà fait la connaissance du lapin blanc, du chapelier fou et, Ciel,  je vous rencontre VOUS ! Pourriez-vous me dire qui je vois et comment vous allez m’aborder ?  (Lâchez-vous ! je ne suis pas avare de mots)

Bien entendu! Qui ne connaît pas le monde délicieusement déjanté d’Alice?
Je ne savais pas qu’une suite était prévue! C’est une excellente nouvelle!
J’aime beaucoup l’univers de Burton et me réjouis de découvrir ce nouvel épisode.
En ce qui concerne votre question…
Vous seriez accueillie par… une libellule. Une libellule capable de se transformer en être humain le jour (dans le monde « réel », bien moins intéressant que le monde de la nuit).
Au crépuscule, une infime partie de la population se transforme en ce qu’elle est réellement… C’est d’ailleurs le moment préféré de la libellule qui vous recevrait. Son rôle est de vous guider à travers les ténèbres de ce monde à la fois obscur, magique et secret. Lieu à la fois fascinant, intrigant et effrayant s’il vous est inconnu… La libellule est là pour vous éclairer au propre comme au figuré. Elle serait votre « petit être », celui qui vous accompagnerait dans les méandres nocturnes et qui disparaîtrait dès les premiers rayons de soleil, prélude d’une nouvelle journée. Fiez-vous à elle, mais attention, elle est farceuse et vous pourriez vous retrouver dans des situations délicates… Elle a un objectif bien déterminé: vous mener à l’arbre des souvenirs auquel seuls les instants les plus heureux, les plus amusants et les plus… fous de votre vie sont suspendus. Mais pour parvenir à l’arbre des souvenirs, il vous faudra composer avec l’esprit décalé de la libellule et rester prudente: le chemin est semé d’embûches

Question n°2

Qui parle de Claustrations parle de noir et d’obscurité. 

Adolescente, j’ai eu la chance de participer à des camps de vacances pour une institution appelée IRSA: Institut des Sourds et Aveugles situé à Uccle (en région Bruxelloise).  J’avais 15, 16, 17 et 18 ans à l’époque (Oui, ça date ! MDR).  Le groupe d’enfants dont j’étais responsable souffrait de cécité et malvoyance et un jour, lors d’un repas, un des enfants m’a demandé de lui expliquer ce qu’était un feu d’artificesCe fut un moment merveilleux, unique, qui ne s’efface pas malgré le temps qui passe … Mais vous, comment pourriez-vous me décrire un feu d’artifices sachant que je suis une enfant de 10 ans et que la vue je n’ai plus ? 

La dernière fois que je t’ai rencontrée, tu m’as expliqué avec enthousiasme ce qu’est une fusée. Tu es même parvenue à en modeler une en pâte à sel.
Maintenant, pose ta main sur ma poitrine. Tu sens mon cœur battre ?
Imagine que ces battements deviennent tellement forts que le sol se met à vibrer et que ton cœur sursaute à chaque « boum ».
Imagine que des fusées soient lancées très haut dans le ciel avant qu’elles n’explosent dans un festival de crépitements et de couleurs pout retomber sous forme de petites paillettes. Tu te souviens des frissons que tu as ressenti lorsque tu en as touché? Imagine qu’elles retombent du ciel pour exaucer tes rêves d’enfant. Imagine un instant où parents, enfants, amis et parfaits inconnus se réunissent pour lever la tête vers le ciel et sentir leurs cœurs battre à l’unisson au rythme des « boums » que font les fusées. Un moment de communion où tout le monde devient innocent le temps d’instant. Voilà ce que sont les feux d’artifice. Je t’emmènerai le 21 juillet au Parc royal pour que nous vivions, ressentions les feux d’artifice ensemble.

Question n°3

Comme la plupart des lecteurs de Claustrations, je suis restée un petit peu sur ma faim ! Vous nous avez abreuvé certes avec quelques nouvelles que l’on peut retrouver sur votre site (qui ceci dit est super bien construit, je like !), mais j’ai remarqué le ton était assez “sombre”. 

J’ai eu la chance de vous rencontrer lors de la Foire du livre de Bruxelles en février dernier, et l’auteur que j’ai pu découvrir s’est révélé être super souriant, très emphatique, super communicatif …. j’ai donc envie de vous lancer un défi, que va craindre tout auteur de votre rang ! Pour changer de registre (eh eh !!!) pourriez-vous me rédiger une déclaration d’amour (euh, pas à moi à proprement parlé), mais une déclaration fictive histoire de voir comment vous jonglez dans un tout autre domaine ? 

À toi qui, depuis toujours, es auprès de moi. Toi qui, chaque jour qui m’est offert de vivre, continues à me surprendre. Toi qui me rend heureux. Toi que j’admire que tu aies bonne ou mauvaise mine. Toi qui, dès le printemps installé, revêt des habits de couleurs à m’en faire tourner la tête. Toi qui, l’été, m’offre ton magnifique sourire. Toi que beaucoup jalousent. Toi que, pour rien au monde, je ne quitterai. Toi qui m’a vu devenir un homme, sourire, chanter, danser, mais aussi pleurer. Toi qui, malgré certaines difficultés semées de-ci, de-là par la vie, a su m’aider à aller de l’avant. Toi que je quitte chaque nuit pour mieux te retrouver le matin. Toi qui m’a offert la chance de vivre des moments inoubliables. Toi qui, quoi qu’il arrive, garde la tête haute. Toi qui a su te remettre de ces explosions. À toi, je voudrais simplement te dire que je t’aime à la folie, ma Bruxelles chérie.

Question n°4

Je suis fan et fais partie de votre TL (au cas où vous ne l’auriez pas remarqué)J’ai donc pu constater que vous étiez amoureux de votre ville: Bruxelles

Mise à rude épreuve ces derniers mois, l’image qu’elle dégage de nos jours au monde entier est assez effrayante, je sais, tout comme vous, que les médias ont tendance à noircir le tableau. Si je devais passer une journée en votre compagnie, comment l’organiseriez-vous pour me faire découvrir ses endroits insolites ? Surprenez-moi !!!

En effet, Bruxelles, subit ces derniers temps les critiques (souvent injustifiées!) de la part d’une partie de la presse étrangère… Presse bien souvent réductrice. Il est tellement plus simple de lancer la pierre ailleurs lorsque son propre pays va mal. Mais nous ne sommes pas ici pour discuter cette presse contemporaine que je ne lis, ni ne regarde!
Pour répondre à votre question, je pourrais vous emmener sur la plus belle place de monde. Nous pourrions aller nous balader dans un des nombreux bois bruxellois. Nous pourrions nous installer sur un banc et découvrir un échantillon des B.D. qui ont vu le jour chez nous. Nous pourrions serpenter les ruelles du centre pour découvrir les nombreuses fresques inspirées de ces mêmes B.D. Nous pourrions dîner tout en haut de l’Atomium tout en admirant Bruxelles à 360° ou encore dans un tram transformé en restaurant gastronomique. Nous pourrions nous attabler place Flagey pour y déguster nos bières ou encore découvrir le marché nocturne du Châtelain.
Mais nous n’en ferions rien. Si nous devions passer une journée ensemble, nous irions simplement au marché bio de Molenbeek (hé oui!). Un superbe marché situé en plein cœur de la commune tant redoutée… Un endroit où l’on peut rencontrer des agriculteurs, des bénévoles, échanger avec eux et leurs clients. Nous irions ensuite chiner au marché aux puces qui vous ravirait, j’en suis certain! Ensuite, direction ma brasserie bruxelloise préférée, pour une délicieuse carbonade flamande ou une casserole de moules. Dans le courant de l’après-midi, nous irions au Musée du jouet, un lieu imprégné d’une atmosphère incroyable avant de rendre une petite visite à ce cher Magritte qui a vécu juste derrière chez moi!
Nous terminerions la journée au Corbeau où, après un repas bien de chez nous, nous danserions sur les tables jusqu’à l’aube.
Au fait, on prononce « Brussel », comme on prononce « soissante« … 😉

Et enfin question n°5

J’espère toujours que chaque personne possède une Wish List avec au moins 10 voeux à réaliser durant leur vie, sinon Mon Dieu, que ce serait triste ! Je ne vais pas entrer dans votre intimité, même si je suis dévorée par la curiosité, il parait que ça ne se fait pas … 😃 mais puis-je au moins espérer au moins un de ces voeux (assez fou) et me dire le pourquoi du comment ? 

Mon vœu le plus cher ne pourra jamais se réaliser
Passons donc au vœu suivant, rêve complètement fou: l’adaptation cinématographique de « Claustrations » par Alejandro Amenabar!
Pour le reste, mes vœux sont très terre à terre: simplement être en bonne santé, ne manquer ni d’amour, ni d’inspiration. Et voir ceux que j’aime heureux!
Et le plus important, ne jamais oublier qui je suis ni d’où je viens.

Un tout grand merci Monsieur Minni !

Grâce à vous cette libellule va hanter mes esprits (ou plutôt mes futurs écrits et surtout mon univers de scrapbooking). Prenez garde ! Votre programme touristique m’a séduite ! Je risque de vous prendre au mot !!!

Pour ceux et celles qui hésitent encore, je vous rassure !  Vous pouvez à présent foncer sans craindre l’obscurité ! #Claustrations est à un livre que je vous conseille fortement !!!

Published in Mes livres

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *