Skip to content →

Tatoo or not tatoo ?

Tatoo or not tatoo ?
De nos jours, le tatouage est devenu un véritable phénomène de société ! Qu’il apparaisse de façon discrète ou carrément abusive, c’est tout en douceur qu’il a pris, au fil du temps, possession de ces anatomies, rejetant l’idée préconçue que seuls les marginaux pouvaient exhiber fièrement cet art un tantinet provocant voire carrément underground. Associé à des milieux particuliers, souvent artistiques, se faire tatouer est devenu, ces dernières années, une volonté de l’individu de se réapproprier son propre corps dans une société de plus en plus individualiste. Mais est-il un effet de mode (sachant que celle-ci est souvent éphémère) ? Pour ma part je pense que non, le tatouage est (… à l’heure actuelle) entré dans les moeurs de façon permanente !

Bien que je sois généralement ouverte aux idées d’autrui, j’ai de profondes convictions personnelles, assez inhabituelles (je le reconnais) et j’essaie de vivre chaque moment comme une expérience personnelle excitante avec la philosophie « Cela n’arrive qu’une fois ».  Mon slogan pourrait être « Faisons-le maintenant, on paiera plus tard ! », oui… c’est ainsi qu’est né mon premier tatouage !

Chut ! je blogue...Je me suis mariée jeune, oui, très très jeune !!! Du haut de mes 19 ans j’étais devenue « Madame », super amoureuse et tout … et tout ! J’avais pris pour habitude de dire « Oui Amen » à l’homme qui partageait ma vie… mais très vite mon petit côté « Che Guevara » est apparu (le truc du genre Mister Hyde était en train de se réveiller tout doucement de mon corps… mais en version féminine, bien évidemment !) et c’est ainsi que, lors d’un diner, « Monsieur mon mari » eut la très mauvaise idée d’exprimer son avis plus que négatif quant aux personnes se faisant tatouer, traitant celles-ci de « décalées« , « asociales« , « anti-conformistes« . Je ne pus m’empêcher de lui répondre en toute simplicité « Moi, je trouve ça beau ! c’est sensuel et mystérieux…« . Je n’ai pas eu l’occasion de terminer ma phrase qu’il s’est mis en colère et ce, devant nos invités. Il a dès lors protesté haut et fort: « Ne t’avise jamais de te faire tatouer, tu entends ? Jamais !!! ». Oui cause toujours bobone !!! Vous imaginez bien la suite … je l’ai regardé bouche bée, lui jetant un regard très noir et le laissant croire qu’il avait eu raison de son autorité.  Le lendemain j’ai pris rendez-vous chez le premier tatoueur du coin et deux semaines après je me pavanais avec mon premier trophée le narguant avec mon plus beau sourire ! Pire, j’ai été assez mesquine pour lui dire « Comment tu le trouves ? ».

Le tatouage, une addiction ?

Chut, je blogue !!!Et puis deux ans après, un petit peu après la naissance de ma fille ainée, j’y suis retournée pour la seconde fois (toujours aussi déterminée et sans l’aval de Monsieur…cela aurait été surprenant !), sauf que là, j’avais pesé le pour et le contre et je savais exactement ce que je voulais me faire graver sur la peau ! Mon deuxième tatouage n’est autre qu’une fée ! et pas n’importe laquelle, la Fée Clochette en personne … toute petite, minuscule même, à peine 3 cm sur 4, adorable ! Un véritable travail de pro.  Je l’ai choisie en toute âme et conscience pour qu’elle m’aide à protéger les gens que j’aime, qu’elle déteigne sur moi en quelque sorte, en toute simplicité !   Anecdote: Lorsque je me suis retrouvée enceinte de mon fils, elle est devenue énorme, obèse même, complètement déformée par ce ventre rond qui grossissait au fil des mois. Mon gynéco était amusé par mon obsession de la voir dans cet état plutôt que de m’inquiéter moi de ma propre prise de poids… (Mon Dieu, ce que l’on peut être naïf lorsqu’on est jeune …). Il faut dire que ma Fée Clochette version XXL c’était plutôt déroutant, surprenant voire amusant ! Et comme parfois, le psychologique peut jouer sur le moral des troupes, j’avais décidé que je devais maigrir pour qu’elle retrouve forme humaine (façon détournée de m’y mettre moi même je pense avec le recul) et ce, afin qu’elle retrouve sa taille de guêpe ! Les années se sont écoulées, elle a bien évidemment repris sa forme svelte et elle rayonne toujours autant, me protégeant moi et mes proches !

Puis il y a eu le troisième tatouage, qui est quant à lui plutôt récent, je l’ai voulu d’une symbolique que je suis seule à comprendre, logique me direz-vous, puisque, lorsque l’on se fait « tatouer » c’est supposé être pour soi, pas pour les autres ! Je l’ai voulu visible (la confiance en soi vient avec l’âge et l’on assume mieux ses choix je pense), donc sur le poignet. Juste pour montrer que l’on peut être classe et marquée à la fois ! Que les gens l’aiment ou ne l’apprécient pas, ça ne change rien à ma façon de l’exhiber ! Je me moque du qu’en-dira-t-on…si tu aimes, et bien tant mieux, si tu n’aimes pas… alors tant pis ! J’hésite encore à l’améliorer, toujours ce perfectionnisme qui remonte à la surface, je dessine des croquis mais je n’ai pas, à ce jour, trouvé le petit « + » qui me fera franchir le pas. Il ne faut pas se faire tatouer juste pour le fun !

Chut ! je blogue...Il faut savoir une chose, mon corps m’appartient et jamais je ne permettrais à quiconque de décider ce que je dois en faire, vivre avec autrui ne lui donne pas le droit de diriger votre vie ! C’est cela accepter l’autre ! Quand ma fille voulut, pour sa part, se faire un piercing ce fut animé de lourdes discussions, elle avait 16 ans et je l’avoue que je n’étais pas très partante pour sa nouvelle folie. Ceci dit, j’avais été ravie qu’elle m’en parle et quand elle me lâcha un truc du genre « Maman !!! Stop ! Tu me dis n’importe quoi … tu refuses que j’ai un piercing alors que toi tu es tatouée, je trouve que tu n’es pas très cohérente ! », sa plaidoirie tenait la route, je l’ai donc accompagnée chez qui de droit. Seulement son piercing elle l’a voulu sur la langue, THE TRUC de dingue quand tu veux faire régime ! Tu ne manges plus pendant quinze jours, diète assurée… moi exaspérée et mon scorpion furibond contre moi d’avoir permis à Sarah une telle chose ! Chaude l’ambiance à la maison à chaque repas. J’étais fusillée du regard et de paroles à chaque occasion me rappelant à quel point j’avais été une mère indigne dans ma prise de décision. Et puis il y a eu ce jour où, le fils de mon scorpion est arrivé pour nous rendre visite. Il est plus âgé que Sarah, d’une dizaine d’années. Son père l’a pris à partie toujours dans cette même optique de reproches (qui commençaient sérieusement à devenir lourds) et lui a dit: « Franchement, tu trouves ça intelligent toi de se faire percer la langue ? ». Sarah m’a jeté un regard de compassion qui traduisait « Ne l’écoute pas maman, ça lui passera », Grégory lui n’a pas répondu sur le moment et son père l’a relancé: « En plus c’est moche et ça ne sert à rien, tu es quand même d’accord avec moi ? une mère tatouée, une fille percée, mais où va-t-on ? », et là…  Grégory a fait un tour de table du regard et puis a gentiment tiré la langue divulguant lui aussi son propre piercing ! J’ai éclaté de rire !!! Son père est resté bouche bée. La morale de cette histoire ? Je pense que vous êtes assez grands pour en tirer vos propres conclusions !!!

Mon lien Pinterest sur les tatouages que j’aime !!!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Published in Mon quotidien

One Comment

  1. Marie Marie

    Je pense sincèrement qu’il ne faut pas se faire tatouer sur un coup de tête … c’est une décision à prendre vraiment de façon réfléchie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *