Skip to content →

Vendredi 13

Chut je blogue - Vendredi 13

Depuis la nuit des temps, le mythe du vendredi 13 a fait couler pas mal d’encre quant à son sujet et ce n’est pas cette année 2016 qui stoppera cette hémorragie de mots ! Mais reprenons d’abord quelques faits concrets:

Il était une fois… (car après tout, il faut bien trouver un début à tout sortilège), un livre sacré appelé Bible, manuscrit dans lequel se retrouva confiné  « ce » jour maudit qui, au fil du temps, allait donc bel et bien susciter craintes et superstitions en tous genres. Sa première victime fut le non moins célèbre Jésus Christ,  crucifié un quel jour à votre avis ? Je vous le donne en mille ! un vendredi (Oui ! le fameux Vendredi saint). Il faut dire que le pauvre homme avait eu la très mauvaise idée de s’entourer à table d’un certain Judas: « THE » 13ème convive par qui le malheur arriva !

Dans un tout autre registre mais toujours dans le concept d’un diner presque parfait, il y eut ensuite le treizième hôte:  Loki (dieu de la guerre et du mal dans la mythologie nordique).  Frustré de ne pas avoir été invité au diner d’Odin (dieu des guerriers)  il se vengea en tuant  Balder, fils d’Odin (dieu de l’amour et de la lumière).

Chez nos amis Grecs et Romains, c’est ce nombre 13 que l’on décida un jour d’associer  à la  destruction d’harmonie… comme ça, sans se poser de questions, liant ainsi son prédécesseur « Number 12 » à la régularité et la perfection (12 dieux olympiens, 12 constellations, 12 signes du zodiaque, 12 heures du jour et de la nuit).

Dans le Tarot,  ce fut la 13ème carte qui allait terroriser ses joueurs: l’Arcane 13. Symbole de recommencement mais aussi de la mort, seul son côté obscur allait marquer les esprits enchaînant son visage à tout jamais aux ténèbres et donc aux héritages et rites initiatiques…

Puis il y a eu tonton Zeus, le 13ème dieu de l’Olympe, Dieu des dieux, distinct des autres par sa supériorité !!! Partout, le 13ème apparaissant souvent comme le plus puissant ou le plus sublime. Ainsi, Ulysse, le 13ème de son groupe, aurait échappé à l’appétit dévorant du Cyclope.

Enfin… ces horribles Chut ! Je blogue...vendredis noirs dont le plus récent en date fut quand même le vendredi 13 novembre 2015 avec ses attentats à Paris (no comment !), puis retour en arrière avec le vendredi 13 octobre 1307 et le massacre des Templiers de France, le vendredi 13 octobre 1972 et le crash du vol T571 dans les Andes, le vendredi 13 novembre 1970 et sa tempête massive qui tua 300 000 personnes à Chittagong, au Bangladesh, entraînant des inondations qui firent 1 million de victimes dans le delta du Gange, …

Force est de constater que le vendredi 13 génère sa propre phobie et ce n’est pas anodin si elle porte d’ailleurs un nom étonnant :  la paraskevidékatriaphobie, forme de triskaïdékaphobie ou peur irraisonnée du nombre 13…

Quelle théorie mes amis !

Une petite anecdote pour vous remercier d’avoir suivi jusqu’ici ? Figurez-vous que Stephen King aurait fait l’aveu que cette phobie l’empêcherait de lire les pages 13 des livres !  (Bien… Vous savez ce qu’il vous reste à faire: à vous de filer dans vos bibliothèques et d’ouvrir vos oeuvres …).

Bref, coup de chance inouï ou bien malédictions inexpliquées, cette date tant redoutée, trouve cependant sa place de façon régulière dans nos calendriers.

Vendredi 13 novembre 2016

Je ne suis pas du genre  superstitieuse, quoique… je tente souvent ma chance au lotto (on ne sait jamais !). Ma journée s’était d’ailleurs déroulée de façon tout à fait banale, enfin… jusqu’en début de soirée ! Il faut savoir que, comme chaque vendredi, je conduis Nina (la plus jeune de mes filles) au solfège, de 18 à 20h00 (si ça ce n’est pas vous dévoiler un petit peu de ma vie privée alors là, je ne m’appelle plus Marie !). Pendant ce temps, j’en profite pour rendre visite à mon ainée, Sarah et son bébé, mon Elena d’amour que j’aime et que j’adore !!!

Cette journée fut particulièrement douce et nous avions eu envie de profiter des derniers rayons du soleil en sortant la poussette … petits instants magiques durant lesquels notre petit trésor s’endormit au rythme des roues sur le tarmac pendant que nous échangions les derniers potins en cours sur tous sujets inimaginables et possibles !

Le thème principal de cette promenade fut le premier bal de Nina qui devait avoir lieu ce 20 mai et la tenue qu’elle me pressait de trouver depuis des semaines (oui, c’est lourd parfois une ado en crise). Alors Sarah me dit: « Mais maman, pourquoi tu ne m’en as pas parlé plus tôt ? Remonte en vitesse à l’appart Chut ! je blogue...tout à l’heure, j’ai deux petites robes qui pourraient lui plaire, elle n’a qu’à les essayer, on ne sait jamais ! »… acte qui fut mis en pratique dès que Nina sortit de son cours !

Son salon est assez petit. Elena, toujours endormie dans son landau, était donc restée dans le hall d’entrée (pièce située entres les chambres et ledit salon). Sarah fila vers sa garde-robe et ni une, ni deux, nous rejoignit avec les deux adorables petites tenues. La séance d’essayage pouvait commencer ! Nina voulu enlever son t-shirt quand son regard se figea tout d’un coup sur le mur situé en face et resta comme interloquée. Elle voulu prononcer quelques mots mais aucun son ne sortit. C’est alors que Sarah se transforma en Casper le fantôme en même pas une fraction de seconde et lâcha du fond du coeur « OH PUTAIN NOM DE DIEU DE BORDEL DE MERDE !!!! » (veuillez excuser cet écart de langage mais j’étais obligée de l’écrire tel qu’il fut dit, tant pis pour les âmes sensibles !). Machinalement, quant à moi, je détournai mes yeux vers le(s) terrarium(s) en priant du plus profond de mon être pour que ces injures ne fussent qu’un leurre… en vain !

Vous devez savoir, chers amis lecteurs, que ma fille (ou plutôt ce qui me sert de beau-fils) a eu un jour une envie soudaine d’accueillir un animal de compagnie, je cite: une mygale ! Et comme la folie n’atteint jamais le cerveau d’un humain sans y faire de dégâts profonds, d’une « très grosse » araignée, elle s’est retrouvée avec trois de ces affreuses bestioles à la maison !!! Vive les familles nombreuses !!! Et sa « Lasiodora parahybana »  venait de prendre la poudre d’escampette pour explorer les lieux… Il faut croire qu’il n’y a pas que les êtres humains qui ont besoin de changer d’air parfois, à supposer que les promos vacances existent aussi pour ces pauvres petites bêtes !!!

À présent, on va donc éviter ici le fameux « choc des photos » pour ne garder que le « poids des mots » … imaginez un truc de 15 cm de diamètre vous narguant sur un mur !!! Oui…. OUI !!!! on fait tout de suite moins le malin ! Et comme rien n’arrive jamais seul… c’est à ce moment là qu’Elena se réveilla et commença à pleurer dans le couloir !

Si j’étais assez sadique, je pense que c’est à cet instant précis que j’écrirais : « to be continued… » mais il se fait que je vous aime bien, alors on continue ! 

Je suis une maman assez calme qui, je pense, contrôle la situation … du moins en temps normal ! Mais aidée par la peur, je n’ai rien trouvé d’autre que de faire la morale à Sarah. Parfois je me trouve d’une lourdeur !! Je n’avais qu’une envie, satisfaire mon instinct de tueuse et massacrer cette chose afin de mettre fin à cette vaste comédie ! Quant à Sarah, pacifiste dans l’âme, elle trouva le moyen de me contredire en clamant haut et fort : « Maman ! C’est un être vivant » et Nina… (car oui, ma Nina est très bavarde), d’ajouter « Wahooo, elle est immense ! ». Entretemps, Sarah avait réussi à aller cherche Elena pour me la blottir dans les bras (et surtout adoucir mes pulsions meurtrières). Je n’avais guère le choix que de me calmer. La chose ne bougeait pas du mur et nous narguait du plus profond de ses pattes poilues. Sarah composa immédiatement le numéro de téléphone de son beau-père et fut tellement directive que le pauvre homme (tétanisé par les araignées, vous devez le savoir) se pointa illico presto avec…. OH MY GOD !!!! … une épuisette !!!!

Si SI !!! je vous promets ! ça devenait complètement hilare ! Ils avaient décidé de capturer le monstre avec une pêchette … mais une mygale … quand on lui met un filet sur la tronche, ça veut s’enfuir !

Alors ? Toujours pas envie d’un petit Coca-Cola ?

Puis il fallut voir la dextérité avec laquelle ils ont jonglé pour glisser ce morceau de carton entre le mur, l’arachnide et l’épuisette… Du grand show !!! C’est donc de façon tout à fait périlleuse, synchronisée et d’une parfaite harmonie entre les gestes du pauvre homme et ceux de ma fille, qu’ils réussirent à se diriger minutieusement du mur vers le terrarium…

Welcome back home espèce de sale …. ! (oh que ça fait du bien !!!).

Moralité de cette histoire ? Je n’ai pas gagné au lotto, je déteste encore plus les araignées, j’ai  sous-estimé la richesse de mon vocabulaire d’injures quant au prochain vendredi 13 … je n’ose me demander pour quand  il est prévu ?  Quoiqu’il en soit, je vous dis à bientôt… pour un prochain article.

Published in Mon quotidien

2 Comments

  1. Nous avons tous un nombre fétiche qui nous poursuit au fil du temps…le 13 est et restera un grand sujet de discussion !
    Bisous ma Cécile !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *